Mercredi 28 décembre > 18h50

Les Toiles du Musoir

En partenariat avec Le Musoir


*

As Tears Go By
de Wong Kar-wai


Après des années de travail à la télévision, Wong Kar-wai a la possibilité, en 1988, de tourner son premier film au cinéma. Il propose As Tears Go By, un scénario qui s’inspire de la trame de Mean Streets de Martin Scorsese, et s’inscrit dans la veine des films de gangsters remis à la mode par John Woo deux ans auparavant, avec le succès du premier Syndicat du crime.

Wong emprunte au premier le réalisme crasseux et le rapport de protection entre le héros et son acolyte ; au second, la violence inouïe, la relation quasi amoureuse entre les deux hommes. On peut voir dans ce film le style embryonnaire de Wong dans un ensemble plus conventionnel. Des plans qui reviendront par la suite : comme celui où Wah choisit un disque au jukebox. Take my Breath Away, repris en cantonais, se répète alors tout au long de la séquence, comme un prélude à son utilisation obsessionnelle de certaines chansons.

De même, les scènes dans un ralenti impressionniste qui atteindra sa perfection dans l’ouverture de Chungking Express, ou le magnifique fondu au blanc lors du premier baiser entre Wah et Ngor. C’est aussi dans ce film qu’il fait tourner pour la première fois Maggie Cheung et la révèle dans sa fragilité, loin des rôles superficiels de girl next door des comédies qu’elle enchaînait alors. À l’image de son actrice, le film est comme une chrysalide, un entre-deux stylistique, parfois mal dégrossi, parfois dans le stéréotype, mais traversé de fulgurances annonciatrices du « style Wong Kar-wai » en devenir.

Wafa Ghermani – La Cinémathèque française


*

Caravage

de Michele Placido
avec Riccardo Scamarcio, Louis Garrel, Isabelle Huppert
Italie, France I 2022 I 1h58 I vostf 

Italie 1609. Accusé de meurtre, Le Caravage a fui Rome et s’est réfugié à Naples. Soutenu par la puissante famille Colonna, Le Caravage tente d’obtenir la grâce de l’Église pour revenir à Rome. Le Pape décide alors de faire mener par un inquisiteur, l’Ombre, une enquête sur le peintre dont l’art est jugé subversif et contraire à la morale de l’Église.

 

La rencontre sera animée par les Chroniqueurs

Les Chroniqueurs est un groupe d’une trentaine de jeunes âgés de 18 à 21 ans qui ont pour mission de plébisciter auprès de leurs pairs leurs films coups de cœur au moment de leur diffusion au Studio 43.

horaires des séances

  • Mercredi 28 décembre 14h30 / 18h50* (Les Toiles du Musoir)
  • Jeudi 29 décembre 18h30 / 21h10
  • Vendredi 30 décembre 14h30 / 21h
  • Samedi 31 décembre 14h30
  • Dimanche 1er janvier 17h45
  • Lundi 2 janvier 16h30 / 18h45
  • Mardi 3 janvier 14h30 / 21h

bande-annonce