Vendredi 22 octobre > 20h50

Rendez-vous du Doc

Séance suivie d’une rencontre avec la réalisatrice

“Le tournage a commencé fin 2019. Je voulais faire ce documentaire de toute façon. Pour parler de cinéma, je pense que l’Assemblée est un lieu formidable de théâtre. C’est un lieu que je voulais filmer. En même temps, c’est un lieu trompeur. En réalité, il ne s’y passe pas grand-chose. En vérité, ce n’est pas là que se fait la loi. Il fallait que je trouve quelque chose qui faisait que ce décor s’anime. Une mission parlementaire était l’occasion de ça. Parce qu’on pouvait faire de l’intérieur et de l’extérieur. Deux situations, dans l’hémicycle et ce qui se passe dehors, et les deux se répondent. Ensuite, j’ai un personnage. Moi, je ne fais pas de film si je n’ai pas un méchant. Ou, du moins, un personnage interlope dont on ne sait pas quoi penser. C’est là que ça devient intéressant. Là, il y a moi, fil narratif, et Bruno Bonnell, député En Marche. Un peu Laurel et Hardy. Un plutôt filiforme et l’autre plutôt bien enveloppé, ça fait un tandem qui devient intéressant à filmer. Donc déjà, il y a la volonté de filmer cette histoire-là. Avec les femmes que l’on va rencontrer sur le chemin et dont on va tenter de transformer un peu l’état des choses. Puis la crise du Covid surgit. Au début, comme tout le monde, on est à l’arrêt. Mais des auxiliaires de vie m’appellent. Elles me disent “on n’a pas de masques, pas de gants, pas de gel hydroalcoolique. On continue de faire notre boulot et on n’est pas dans les professions prioritaires.” Il y a tout ça. J’appelle Bruno Bonnell, Gilles, le co-réalisateur, et je dis : “C’est maintenant qu’on doit les voir. Elles tiennent le pays.”

Extrait de l’interview de F. Ruffin pour le journal La Nouvelle République

Le Kiosque

de Alexandra Pianelli
Documentaire
France I 2021 I 1h16

Paris, un kiosque à journaux. Alexandra est réalisatrice, fille, petite-fille et arrière-petite-fille de kiosquiers. Elle est venue prêter main-forte à sa mère et, comme dans un vieux rêve d’enfant, joue à la marchande. Depuis cette fenêtre sur la rue, elle filme avec humour et tendresse les coulisses du métier et le défilé quotidien de clients détonants. Mais la presse papier et les commerces de proximité sont en crise, et ce petit jeu s’avère finalement plus compliqué que prévu…

En partenariat avec De la suite dans les images et les Alchimistes

horaires des séances

  • Mercredi 4 décembre 17h15 / 21h
  • Jeudi 5 décembre 16h45
  • Vendredi 6 décembre 16h / 19h10 séance en présence du réalisateur
  • Samedi 7 décembre 14h30 / 19h10
  • Dimanche 8 décembre 18h15
  • Lundi 9 décembre 16h30 / 21h
  • Mardi 10 décembre 12h10 / 16h15
  • Mercredi 11 décembre 17h15
  • Jeudi 12 décembre 21h
  • Vendredi 13 décembre 18h30
  • Samedi 14 décembre 19h
  • Dimanche 15 décembre 14h / 21h
  • Lundi 16 décembre 16h45 / 19h
  • Mardi 17 décembre 12h10 / 19h
  • Mercredi 18 décembre 16h30
  • Jeudi 19 décembre 19h
  • Samedi 21 décembre 17h
  • Lundi 23 décembre 17h

Vendredi 22 octobre 20h50 – séance unique

bande-annonce