dimanche 18 septembre > 16h30

toiles de maître

dans le cadre des journées européennes du patrimoine

Séance suivie d’une conférence de Thierry Cormier

Avec le soutien de De la suite dans les images

Nous pouvons confronter tout ce que nous savons, mais cela ne nous apprendra rien, à part que quelque chose ne va pas. Et ça, nous le savons depuis le début. Les indices que nous trouvons ne nous donnent aucune solution ; ils nous permettent tout juste d’entrevoir l’ampleur de l’anomalie.
Philip K. Dick (Le Temps désarticulé, 1958).

On a tout dit, tout écrit sur le film de Peter Weir et le scénario d’Andrew Niccol, l’auteur de Bienvenue à Gattaca : critique de la Téléréalité ; intrusion de la vidéosurveillance et surexposition médiatique du privé et de l’intime ; ambition d’un producteur démiurge à la tête d’une entreprise audiovisuelle tentaculaire ; ou bien encore, évocation ironique du conformisme américain, de l’American Way of Life et des banlieues résidentielles.
The Truman Show est donc un film à la ligne claire, anticipant certaines dérives qui constituent notre quotidien 25 ans plus tard. Certes !
Mais entre les scènes connues de ce film “lisible” existe l’ébauche d’un autre récit, plus schizophrénique ; d’un film non fait ou embryonnaire qui, consciemment ou non, plonge le spectateur dans une réalité alternative : une perturbation, un parasitage ou une interférence.
L’envers du décor de ce film c’est notre place de spectateur revisitée à l’aune des univers de Philip K. Dick. Une réalité labile dont nous sommes les acteurs sans même le savoir, à l’instar du personnage du film.
Thierry Cormier

the truman show

de Peter Weir
avec Jim Carrey, Laura Linney, Natascha McElhone
USA I 1998 I 1h43 I vostf & en version restaurée

Truman Burbank mène une vie calme et heureuse. Il habite dans un petit pavillon propret de la radieuse station balnéaire de Seahaven. Il part tous les matins à son bureau d’agent d’assurances dont il ressort huit heures plus tard pour regagner son foyer, savourer le confort de son habitat modèle, la bonne humeur inaltérable et le sourire mécanique de sa femme, Meryl. Mais parfois, Truman étouffe sous tant de bonheur et la nuit l’angoisse le submerge. Il se sent de plus en plus étranger, comme si son entourage jouait un rôle. Il se sent observé…

Avec le soutien de De la suite dans les images

horaires des séances

  • Mercredi 4 décembre 17h15 / 21h
  • Jeudi 5 décembre 16h45
  • Vendredi 6 décembre 16h / 19h10 séance en présence du réalisateur
  • Samedi 7 décembre 14h30 / 19h10
  • Dimanche 8 décembre 18h15
  • Lundi 9 décembre 16h30 / 21h
  • Mardi 10 décembre 12h10 / 16h15
  • Mercredi 11 décembre 17h15
  • Jeudi 12 décembre 21h
  • Vendredi 13 décembre 18h30
  • Samedi 14 décembre 19h
  • Dimanche 15 décembre 14h / 21h
  • Lundi 16 décembre 16h45 / 19h
  • Mardi 17 décembre 12h10 / 19h
  • Mercredi 18 décembre 16h30
  • Jeudi 19 décembre 19h
  • Samedi 21 décembre 17h
  • Lundi 23 décembre 17h

Dimanche 18 septembre 16h30 – séance unique

bande-annonce