L’affaire Thomas Crown

de Norman Jewison

avec Steve McQueen, Faye Dunaway, Paul Burke

USA | 1968 | 1h42 | VOSTF & Version restaurée

 Séance| Jeu 16 mai × 19h |

× Coup de coeur ×


Thomas Crown, un milliardaire divorcé, à la tête d’une grande banque de Boston, estime que sa vie d’homme riche ne lui procure plus aucune satisfaction. Afin de ressentir à nouveau le frisson de l’aventure, il prépare minutieusement, avec neuf complices, un fabuleux hold-up, qui laissera la police perplexe. Sa propre banque lui paraît être le meilleur endroit pour ses exploits. Le coup réussit à la perfection. Tandis que l’enquête menée par le commissaire Malone piétine, Thomas s’en va cacher son butin en Suisse. Il découvre alors que la compagnie d’assurances de sa banque lui a dépêché une redoutable enquêtrice, la ravissante et sagace Vicky Anderson…


× Hommage à Michel Legrand ×

Suite à sa nomination aux Oscars pour la musique des Parapluies de Cherbourg, Michel Legrand s’installe à Los Angeles en 1966 dans le but de percer à Hollywood.

Après plusieurs mois sans projet, il est contacté par le réalisateur Norman Jewison, en difficulté sur le montage de son nouveau film, L’Affaire Thomas Crown. Michel Legrand lui conseille “de partir en vacances” et de lui laisser le projet en main. En six semaines, il compose alors une heure et demi de musique sur laquelle le réalisateur peut se baser pour monter son film. Déjà novateur sur la forme – premier long métrage à mettre en place le “split screen” (écran divisé en plusieurs parties) – L’Affaire Thomas Crown innove alors également dans son mode de production : c’est la première fois à Hollywood qu’un film est entièrement monté à partir de la musique.

Résultat : le film sera nommé à l’Oscar de la meilleure bande originale et Michel Legrand remportera l’Oscar de la meilleure chanson originale avec “The Windmills of Your Mind”.

L’Affaire Thomas Crown marque le début d’une grande histoire entre Michel Legrand et les États-Unis, jalonnée de deux nouveaux Oscars pour les musiques d’Un été 42 (Robert Mulligan, 1971) et deYentl (Barbra Streisand, 1983), histoire qui verra même Michel Legrand être naturalisé américain en 2011.


À 20h45, concert “Les Profs du Conservatoire jouent les musiques de Michel Legrand” au Jazz Club
Pour les adhérents du Studio 43 et Jazz Club, tarif de 5€ pour la projection et 10€ pour le concert.