Images de la pensée

Des films pour aborder différemment
les notions philosophiques avec les élèves lycéens.

Images de la pensée est un cycle proposé aux professeurs de lettres et de philosophie. Chaque film est choisi en collaboration avec un enseignant, qui le relie ensuite à différentes notions au programme et propose des pistes pédagogiques.

Les films sont disponibles durant toute l’année scolaire, et les séances sont programmées à la demande. Chaque professeur peut choisir de voir un seul film, ou plusieurs. Des dossiers pédagogiques sont disponibles pour la plupart des films.


Philosophie et Cinéma

Humanités littérature philosophie et cinéma c’est notre champ d’action. Il s’agit de quatre matières qui ont l’art pour point commun et d’une certaine façon il s’agit de quatre fois la même matière. Leurs éléments sont inséparables. Le cinéma n’est le cinéma que parce qu’il veut “montrer une vérité” et pas simplement “divertir de la vérité” comme la société du spectacle voudrait le croire.

On est artiste lorsque l’on trouve dans l’art le moyen de dire une vérité. La beauté en art est le canal par lequel une vérité peut se dire. A la vérité nous rajoutons la justice. On est artiste lorsque l’on veut faire entendre une vérité jugée illégitime et déjouer le processus de la censure ordinaire.

Dans toutes les oeuvres intéressantes, il y a nécessairement une part de provocation vis-à-vis des conventions sociales et des préjugés admis dans une époque. La littérature et le cinéma oeuvrent pour la justice d’une vérité difficile à entendre et viennent déranger leur époque. Les oeuvres artistiques produisent des chocs de vérité. Le rôle de l’art est donc d’apprendre à voir. Nous regardons du cinéma pour apprendre à être un peu plus humain dans notre regard.

Cette année nous regardons quatre films qui auront pour trait commun la question de la justice. Comment le cinéma regarde-t-il la justice comme appareil institutionnel ? Quelle valeur de l’homme peut-on sauver lorsque l’individu est accusé à tort de quelque chose qu’il n’est par ou qu’il n’a pas fait et que l’on a fabriqué un “faux coupable”? Quelle valeur de l’homme peut-on sauver lorsque le sadisme institutionnel fabrique de l’exclusion sociale et du déclassement économique ?

Les enseignants du lycée Angellier : Isabelle Rousseau / Mehdi Alia / Valentin Leblanc / Philippe Cadiou


Programmation 2020-2021

× Une intime conviction de Antoine Raimbault
×
Elephant Man de David Lynch
× 
Le Cas Richard Jewell  de Clint Eastwood

× Moi, Daniel Blake de Ken Loach

recto

Télécharger le programme recto / verso