De Bertrand Bonello

France, Haïti ⎢2019 ⎢1h43 ⎢

Avec Wislanda Louimat, Louise Labeque, Adilé David

× Du 19 juin au 2 juillet ×

× Sélection Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes ×


Haïti, 1962. Un homme est ramené d’entre les morts pour être envoyé de force dans l’enfer des plantations de canne à sucre. 55 ans plus tard, au prestigieux pensionnat de la Légion d’honneur à Paris, une adolescente haïtienne confie à ses nouvelles amies le secret qui hante sa famille. Elle est loin de se douter que ces mystères vont persuader l’une d’entre elles, en proie à un chagrin d’amour, à commettre l’irréparable.



Bertrand Bonello

*
Lors du dernier Festival de Cannes, qui s’est déroulé du 14 au 25 mai dernier, une marée de zombies avait envahi la croisette. 
Jim Jarmusch avec The Dead Don’t Die, Mati Diop avec Atlantique et Bertrand Bonello, donc, avec Zombi Child participaient à cette vague mortifère avec leurs films respectifs, tous présentés à Cannes. 
Pour l’auteur de L’Apollonide – souvenirs de la maison close, réaliser Zombi Child était un moyen de rendre hommage à des cinéastes de l’horreur l’ayant fortement influencé dans sa construction en tant que réalisateur, et en premier lieu Georges A. Romero, auteur de Zombie en 1978. Ce film, dont l’intrigue se déroule dans un centre commercial, a constitué, de l’aveu même de Bertrand Bonello, l’inspiration majeure pour son film précédent, Nocturama, sorte de “miroir opposé” de Zombie.
Inspiré de la figure du zombie issue de la culture haïtienne, déjà reprise dans le film de Wes Craven L’emprise des ténèbres (1988), ce nouveau projet de Bertrand Bonello aiguise en tout cas les curiosités et promet d’être pour le moins surprenant..